dimanche 1 décembre 2013

Berlin tut gut



Une semaine passée à Berlin.





C’est sans doute l’une des capitales que je connais le mieux. Plus que Vienne, elle est devenue la capitale de l’Europe Centrale. Si on veut faire des progrès en langues slaves, il suffit d’aller à Berlin. Je n’y suis vraiment pas dépaysée.





Surtout, c’est une ville très agréable à vivre, à la fois calme, reposante, bon marché mais aussi trépidante, bigarrée. Et puis, toujours des relations polies, policées entre les gens; on est bien loin de l’agressivité parisienne.







Certes, c’est sans doute l’une des villes qui a le plus changé au cours de ces 25 dernières années. J’ai quelques souvenirs d’adolescente du Berlin divisé mais de cet ancien monde, il me semble qu’il ne subsiste à peu près rien, ni dans l’aspect, ni dans l’ambiance. Aujourd’hui, c’est un impressionnant chantier de reconstruction et Berlin est devenu la grande capitale de l’architecture.





Ce que j’aime en Allemagne, c’est l’importance de la « kultur » qui est sujet de fierté et d’orgueil. C’est le pays par excellence de la pensée abstraite et je crois vraiment qu’il faut passer par le détour de ses écrivains, de ses philosophes, de ses peintres, de ses musiciens, de ses cinéastes pour le comprendre un peu.




S’intéresser à l’Allemagne, c’est aussi pour moi une manière de résister à l’hégémonie culturelle anglo-saxonne. Je me retrouve tout de suite dans un roman, un film, un peintre allemands alors que s’il s’agit de productions américaines ou britanniques, je m’ennuie tout de suite et je trouve ça kitsch.





J’ai donc passé mon temps à me balader, à rêvasser, à boire de la bière, à manger des poissons de la mer du Nord. Contrairement à la plupart des touristes qui choisissent des tenues « cool », je fais au contraire des efforts vestimentaires accrus quand je suis en vacances. Je mets ce que je n’ose pas porter quand je travaille. Je redeviens une vraie vampire et c’est ça qui est très agréable : il y a quand même un plaisir fou et inavouable à se sentir regardée, scrutée.







Photographies de Carmilla le Golem. Elles n’on bien sûr aucun caractère touristique mais correspondent simplement pour moi à quelques instants de vie.

2 commentaires:

Alma a dit…

Bonsoir Carmilla,

pourriez vous me dire où en est la construction du château, si vous êtes passe devant. Il y a 6 moi les fondations étaient creusées. Je trouve ça extraordinaire, en 2013, en plein Berlin. Danke sehr.

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Alma,

Je suis bien sûr passée plusieurs fois devant le futur château mais on en est toujours aux fondations. Je crois qu'il y a encore 4 ou 5 années de travaux.

Ce qui est un peu dommage, c'est qu'en ce moment Berlin est submergé d'échafaudages. L'avenue Unter den Linden elle-même est défigurée par la rénovation du métro.

Cependant, il faut reconnaître que la métamorphose de la ville est fantastique. Dans quelques années, Berlin sera un mélange inédit d'architecture prussienne et d'architecture d'avant garde.

Bien à vous

Carmilla