samedi 14 février 2015

Du déclin


Le déclin, ça devient un thème politique fort, surtout en France. C'est même un marqueur différenciant la droite et la gauche. Il y aurait d'un côté les vieux scrogneugneux, type Houellebecq, Finkielkraut, Sloterdijk et de l'autre, les progressistes éclairés et socialisants.


Moi, je suis partagée. Je n'aime pas du tout cette idée du déclin parce qu'elle renvoie à ce "bon vieux temps" qu'on aurait irrémédiablement perdu. Mais ce passé que l'on mythifie, on sait bien qu'il est d'abord définitivement vieux et puis, surtout, qu'il n'était, peut-être, pas si bien que ça. Je suis même convaincue, à rebours, peut-être, de l'opinion commune, que l'on vit maintenant beaucoup mieux qu'avant. Je pense vraiment qu'aujourd'hui (et même depuis dix ans, vingt ans), la vie est plus facile, plus agréable, que les gens sont plus éduqués, plus tolérants. Le déclin, c'est une belle ânerie quand on considère les évolutions économiques et culturelles. L'histoire de la démocratie, c'est tout de même bien l'histoire du progrès et c'est ça qui est enthousiasmant.


Mais il faut bien reconnaître aussi que les sociétés occidentales ont aujourd'hui perdu toute force collective et tout pouvoir intégrateur. Qui aujourd'hui irait se faire trouer la peau pour une idée, un concept ? C'est souvent la question que je me pose au cours de mes voyages en Europe Centrale. J'y croise souvent les chemins de l'épopée napoléonienne et je pense à tous ces soldats de la Grande Armée dont l'immense majorité partait combattre avec enthousiasme (c'est ce dont témoignent leurs récits) simplement pour des idéaux: la République, l'Egalité. Il y avait vraiment quelque chose qui dépassait leur condition individuelle. Certes, la campagne de Russie ça a été une souffrance abominable mais ça a, aussi, été un rêve extraordinaire et une grande période de l'histoire de l'humanité.


Tout ça, ça ne veut, bien sûr, plus rien dire aujourd'hui. C'est même jugé scandaleux, effroyable; ça n'a pu se produire que sous l'exercice de la tyrannie et d'ailleurs Napoléon est, souvent, présenté comme un fasciste. On n'aspire plus, maintenant, qu'à la paix et la tranquillité individuelles.Qu'est-ce qui lie d'ailleurs les Européens aujourd'hui? Hormis aller faire des courses, le samedi, à Auchan, je ne vois pas bien. C'est le repli égocentrique généralisé.


Il faut sans doute le reconnaître: il y a une décadence propre de l'Europe et de l'Occident. Résister, à quoi bon ? L'important n'est-il pas d'avoir la paix? Qu'est-ce qu'on a, d'ailleurs, à défendre d'autre que la société de consommation?

Nous vivons dans une société anesthésiée, chloroformée, sans passion ni engagement, celle du dernier homme, entièrement domestiqué, décrit par Nietzsche. Plus de grands rêves, rien que des petits plaisirs. Même la libéralisation sexuelle, elle s'effondre, comme l'a bien décrit Michel Houellebecq, dans le porno-kitsch et l'injonction de la jouissance. Le triomphe du narcissisme.


Nous vivons dans des sociétés pétrifiées de peur. C'est l'état de frousse permanent, on est obsédés par la sécurité et on ne prend plus aucun risque. On est donc prêts à toutes les compromissions. On est donc prêts à la soumission.


Tableaux du très grand peintre polonais Zdzislaw BEKSINSKI (1929-2005). C'est l'un de mes artistes préférés. Les images internet ne rendent pas compte, comme souvent,  de la puissance de ses images. Si vous allez un jour en Pologne, ne manquez pas d'aller à SANOK, la ville où il a vécu.

7 commentaires:

Etoile Henri a dit…

Votre blog est vraiment très bien fait, il m'intéresse vraiment...., et notamment ce texte, quelque peu iconoclaste à propos du déclin et des visions convenues......

J'ai regardé cet après midi une vidéo sur la ZAD du Testet (Barrage de Sivens) ou un jeune homme de 19ans a été tué par la Police. Les occupants de cette Zone à défendre jeunes pour la plupart témoignent de leur quotidien, en confrontation avec un ordre établi incompréhensible et qui ne les comprends pas davantage du fait de leur insoumission à un système qui est censé tourner rond......

Étonnante coïncidence que de lire votre texte ce soir....

https://plus.google.com/103292260776749303206/posts/hg4U3fV9ifQ

Carmilla Le Golem a dit…

Grand merci, Henri, pour cette appréciation flatteuse.

Je n'ai aucune prétention concernant mon blog mais c'est vrai que j'essaie avant tout de faire bouger les lignes et déplacer les perspectives.

Ce qui me fait horreur, c'est de penser ce qu'il est convenu de penser. Mais je ne suis pas sûre non plus de parvenir à m'affranchir de ça. Je véhicule aussi des pensées toutes faites.

Amicalement

Carmilla

Etoile Henri a dit…

Oui, que sommes nous sans cet héritage intellectuel de pensées transmises, oralement, culturellement et autre, on peut jouer, chacun, de par notre expression à la liberté de les associer,; de les dissocier et enfanter ainsi bien des imaginaires, bien des utopies...., pas besoin d'idéologies pour être, rester et devenir libre......

J'ai vu/lu, la présentation courte (short) de votre blog et la référence à cet auteur russe romanesque.......,

j'en devine oui, les traces, sur vos pages......, je poursuis donc pas à pas la découverte.....

page à page ;)

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Henri!

Mais sachez aussi me lire avec distance. J'essaie quand même de ne pas trop me prendre au sérieux. Je ne voudrais pas donner l'image d'une raseuse et d'une donneuse de leçons.

Carmilla




Etoile Henri a dit…

Ha! Mais c'est bien sûr! J'ai lu la page de votre profil/Blogger.... nous avons bien des points communs, et ajoutons allègrement celui de ne pas se prendre au sérieux.....

Vous aurez en écho un bon silence évocateur au cas où la poursuite de votre Espace Personnel deviendrait Barbante et par là même "raseuse", Beuh! Non non, je vous lis plutôt en semeuse qu'en donneuse, itou! Plaisir quoi, je vais donc reviendre et progresser, en rampant, discrètement, dans le chemin naturel de l'Histoire de Votre qualité textuelle....

KOGAN a dit…

Bonsoir CARMILLA

"J'essaie quand même de ne pas trop me prendre au sérieux"

A quand la publication d'un livre? A mon avis vous ne passerez pas toute votre vie dans la finance ou bien à partir d'un *****. Contrairement à ce que vous dites, vous ne donnez pas de leçons et je vous verrai bien participer à l'émission de F TADDEI ou de FO GIESBERT que je suis régulièrement ...et que j'abandonne quand les intervenants commencent à couper la parole et à l'élever fortement , mais vous concernant, l'heure n'y suffirait pas.

JEFF

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff,

Je n'ai absolument aucune ambition littéraire ou artistique et je n'envisage, vraiment pas, de publier quoi que ce soit. J'ai bien conscience de mes limites, c'est aussi simple que cela.

Carmilla