samedi 5 mars 2016

Le mythe de la Galicie


La Galicie, ce sont mes origines mais je me rends compte qu'en France, ça n'évoque absolument rien. On confond ça, généralement, avec la Galice en Espagne, un comble ! Est-ce que j'ai l'air d'une Espagnole ?

Ou alors, quand on est plus éclairé, on me parle de la division SS-Galicie, ce qui n'est pas très flatteur, surtout qu'on embraie, ensuite, sur les Ukrainiens nazis-fascistes. C'est quand même plus compliqué que ça.


C'est vrai que la Galicie, ça n'a jamais été qu'une grande province tiraillée, partagée, entre la Pologne, l'Autriche-Hongrie, l'URSS, l'Ukraine. En plus, la misère et l'arriération y étaient, parait-il, épouvantables surtout du temps de l'Autriche-Hongrie. La Galicie, c'était le fin fond de l'humanité. C'est pour ça que des centaines de milliers de Galiciens ont émigré aux Etats-Unis.


La Galicie, c'est pourtant ce qui me fait rêver. Il y a, aujourd'hui, des mouvements politiques, notamment en Ukraine, qui militent pour la création d'un Etat galicien indépendant. J'avoue, même si je déteste tous les nationalismes, que je ne suis pas loin d'y adhérer. Une République de Galicie, j'irais tout de suite m'y installer.


La Galicie, c'est en effet une région merveilleuse. C'est d'abord la montagne, les Carpates, qui occupent toute la partie Sud. Bien sûr, ce ne sont pas les Alpes, c'est moins impressionnant, moins élevé, mais c'est plus sauvage, plus mystérieux et il y fait plus froid. Et au moins, il y a de la neige (ce qui n'est plus le cas des Alpes). Et puis, surtout, il y a la campagne encore miraculeusement préservée (on ne sait plus ce qu'est la campagne, la nature, les animaux, les insectes, en France).


La Galicie, c'était aussi l'une des régions les plus multiculturelles en Europe. On y parlait couramment l'allemand, le polonais, le ruthène, le yiddish, le russe. Surtout la culture juive était très forte et très présente en Galicie. C'est dans cette région d'Europe que les Juifs étaient les plus nombreux. Evidemment, tout ça a largement disparu à cause de la Grande Catastrophe. Il n'y a plus que quelques traces. Affreux, un grand vide ! Seul réconfort: en Ukraine occidentale, on demeure, au moins bilingue mais le yiddish, bien sûr, on ne connaît plus. Terrible !. 


Surtout, la Galicie, c'est vraiment le pays de la littérature avec une pléiade de grands écrivains: 

- en allemand: Joseph Roth (on ne connaît, malheureusement, en France, que "La marche de Radetzky" qui n'est pas son meilleur bouquin. Il y a, vraiment, bien mieux: "La Crypte des Capucins", "La fuite sans fin", "La légende du Saint-Buveur" ), Leopold Von Sacher Masoch, Soma Morgenstern( on vient de publier, en poche, ses 3 grands livres: "Le fils du fils prodigue", "Le testament du fils prodigue" et "Idylle en exil"); 

- en polonais: Bruno Schulz, Andrzej Kusniewicz, Julian Stryjkowski;

- en hébreu: Shmuel Yosef Agon (né à Buczacz en 1868, Ukraine, prix Nobel de littérature en 1966, mort en 1970), Aharon Appelfeld (né en 1932, je recommande son dernier bouquin: "Les Partisans" 2015);

- en ukrainien: Ivan Franko, Yurij Andrukhovych. J'adore Andrukhovych (né en 1960). Je le trouve même supérieur à Andreï Kourkov, l'écrivain-phare de la littérature ukrainienne contemporaine. Andrukhovych est d'une absolue modernité et d'une extraordinaire inventivité. Curiosité: Andrukhovych a, récemment, fait scandale en se proclamant partisan d'une scission de l'Ukraine entre l'Est et l'Ouest, c'est à dire entre l'archaïsme et la modernité. J'adhère largement à cette idée.

J'ajouterai, enfin, que les parents de Sigmund Freud étaient originaires de Galicie.


Vous ai-je convaincus ? Vous ne savez peut-être pas où aller, cet été, en vacances ?  Partez donc en Galicie, c'est très facile et bon marché; ce sera, aussi, plus original et ça impressionnera davantage vos amis qu'un quelconque pays méditerranéen où vous rencontrerez, forcément, votre voisin. Il y a d'abord des villes magnifiques, très vivantes, avec des cafés et restaurants extraordinaires: Cracovie et Lviv d'abord; j'ajoute Zakopane, Sanok, Nowy Sacz, Drohobycz, Kolomyia, Ivano-Frankivsk, Brody, Ternopil, Zolkiew. De toute façon, si vous avez des difficultés à composer votre itinéraire, sollicitez-moi.

Tableaux de Wyczolkowski (1852-1936), Wyspianski (1867-1907) Falat (1853-1929), peintres symbolistes polonais.

Il faut, aussi, ajouter deux grands peintres galiciens, les deux plus grands: Bruno Schulz (1892-1942) et Zdzislaw Beksinski (1929-2005). Ils me fascinent absolument.


Carte géographique et armoiries de la Galicie (cet oiseau bizarre nous change, au moins, des aigles habituels).

Enfin,si vous vous intéressez à la Galicie, je vous recommande le livre, récemment publié, de Martin POLLACK: "Empereur d'Amérique-Le grand exode de Galicie". Une réserve: c'est l'envers, affreux, de la Galicie.

12 commentaires:

KOGAN a dit…

Merci CARMILLA pour ce très intéressant descriptif de votre chère GALICIE, vous avez par ailleurs de réels talents de TOUR OPERATOR...On a envie d'y aller...

Je n'oublierai pas de programmer un jour, cette délicieuse escapade .

Par contre, je ne ressens pas comme vous cette profonde attache du pays d'origine, car ayant été ballotté enfant dans plusieurs endroits...Donc sans repères fixes...un peu comme si j'étais né sur une plateforme pétrolière....:-) et atterrissant ça et là, au gré des missions du Père.

Mais bref,et par chance je n'ai pas eu besoin de psychothérapie...

Je présentais aussi que vous alliez peut-être poster quelque article sur la journée du 8MARS...

je prends donc l'initiative en vous souhaitant à vous toutes femmes d'UKRAINE

...ANNA...NASTYA...DASHA...ANASTASIA...JULIA...MARINA...MARIA...KATE...ANN...ALINA...SASHA...VICTORIA...OLGA...LIZA...TANYA...MARY...LLONA...VIKA...YANA...IRINA...IRA...OKSANA...LENA...YULIA...NASTIA...NATALIA...LERA...STEVA...MASHA...NATASHA...OLYA...TAMIA...POLINA...SOHIE...ANASTASIYA...ALEX...KARINA...ALEXANDRA...DIANA...YULIYA...VIKTORIYA...OLESYA...DARIA...ELENA...TAYA...KATERINA...NATALIE...IRENE...TATANIA...KATIA...KSENIYA...NATALYA...VALERIA...ZLATA...SONIA...ALYONA...VICTORIA...SVITLANA...DARINA...CHRISTINA...JULIE...RITA...IRYNA...OLENA...LESIA...NIKA...LISA...ALISA...KATHERINE...KATIA...MARIANNA...SONYA...KATERYNA...ALLA...SOPHIA...VALERY...KATJA...NATALY...MARGARITA...KSENIA...KSUSHA...ANZHELA...VALIA...HANNA...ASYA...VLADA...ODRY...MARIYA...MARGO...STACY...ULIYA...ANYA...YANINA...OLLA...ULIA...IVANA...DANA.

La plus belle des journées qui soit et pas la seule, dans la paix , la non violence, l'égalité, et l'autonomisation .

Bien à vous toutes
amicalement

JEFF

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Je ne suis pas certaine que notre hôtesse apprécie beaucoup cette Journée des femmes...
Pour ma part, elle me fait horreur.

Merci Carmilla pour cette région qui est aussi celle des mes grands-mères; je découvre avec émotion ce billet.
Et merci également pour Teodor Axentowicz, ce peintre que j'aime tant et qui illustre votre portrait !

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Jeff,

Etre bon Tour Operator, je ne prends pas ça pour une critique.

De même, l'attachement au pays d'origine.

Je ne pense pas être nationaliste mais la Galicie est une région tellement mal connue en Europe de l'Ouest qu'un peu d'information ne m'apparaît pas superflue.

Et puis l'appartenance à plusieurs cultures, c'est, de toute façon, une richesse. Il est préférable de ne pas occulter cela.

La journée du 8 mars, c'était très fêté dans les pays communistes. Il y a, aujourd'hui, un rejet de cette fête qui est tout de même un peu sexiste. Mais tout ça n'a pas grande importance. Je constate, du moins, que vous avez une bonne connaissance des prénoms et des diminutifs slaves même si votre transcription orthographique m'égare un peu.

Bien à vous

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Ariane pour votre message,

Il y a eu une émigration massive et des mouvements de population considérables en Galicie au siècle dernier. Surtout, beaucoup de Galiciens ont rejoint les Etats-Unis.

Axentowicz, oui, j'aime bien. Il y a eu en Pologne (ou plutôt dans la partie polonaise de l'Autriche-Hongrie), au début du 20 ème siècle, un mouvement pictural symboliste très intéressant: Wyspianski, Mehoffer, Podkowinski, Malczewski, Olga Boznanska.

Bien cordialement

Carmilla

nuages a dit…

Sans doute que la Galicie, comme la Bucovine, la Bessarabie, la Podlachie (et autres noms qui font rêver) n'est pas du tout connue en France, mais à l'inverse, les Ukrainiens (ou les Galiciens...) connaissent-ils l'Aragon, le Limousin, l'Ombrie, la Picardie ? Pas sûr !

A part ça, je lirais bien un livre de voyage sur la Galicie, mais lequel ? Le style de bouquin qui me conviendrait, c'est, par exemple, "Courlande", de Jean-Paul Kauffmann.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Nuages,

Votre remarque est juste mais je ne crois vraiment pas que l'ignorance soit également partagée. Les gens "de l'Est" ont, en général, une assez bonne connaissance de l'Ouest mais ça n'est vraiment pas réciproque. C'est le problème, je crois, des cultures et des pays dominants; on est davantage autocentrés.

Sinon, je ne connais absolument aucun livre de voyage contemporain, dans aucune langue, sur la Galicie dans son ensemble. Mais ça peut justement être un projet intéressant: il y a là un créneau à occuper.

Enfin, puisque vous parlez de Jean-Paul Kauffmann, je vous recommande vivement son dernier livre, tout récent, où il parle du territoire de Kaliningrad et de la bataille d'Eylau.

Bien à vous

Carmilla

nuages a dit…

Il y a évidemment certains passages du livre de Paolo Rumiz ("Aux frontières de l'Europe") où il voyage de part et d'autre de la frontière polono-ukrainienne.

J'ai feuilleté le dernier livre de Jean-Paul Kauffmann, sans doute intéressant, mais j'avoue que je m'intéresse assez peu à l'"épopée" napoléonienne.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Nuages,

Remettez-vous à niveau en langues slaves et préparez vos appareils photos pour un reportage en Galicie. Ça peut éventuellement intéresser certains éditeurs mais c'est, évidemment, un sujet difficile.

Sinon, le livre de JP Kaufmann va bien au-delà de la bataille d'Eylau qui, moi non plus, ne m'intéresse pas plus que ça. Il parle aussi de la perte, du traumatisme, du souvenir, de tout ce qui nous hante et enfin de l'Union Soviétique.

Bien à vous

Carmilla

KOGAN a dit…


En cherchant bien on trouve tout,dans la puissance des écrits de l'histoire et du détail.

Je vais pouvoir maintenant, me décentrer de mon pays "dominant"

http://www.circe.paris-sorbonne.fr/spip.php?article57


Bien à vous

JEFF

Carmilla Le Golem a dit…

Effectivement Jeff !

Votre lien est, en effet,intéressant.

Je constate que vous suivez avec grande attention et intérêt mes posts.

J'espère surtout que lorsque vous aurez récupéré votre Leica M5 ou mieux, lorsque vous aurez acquis le Leica SL, vous partirez, bientôt, faire un reportage photographique en Galicie.

Ça peut intéresser et faire l'objet d'une publication, j'en suis convaincue. A défaut, ça vous enchantera.

Bien à vous

Carmilla

KOGAN a dit…

Merci CARMILLA

Je vais en effet renouer avec la photographie, mes premières amours .
L'expérience de la peinture et de la sculture n'étant pas au rendez-vous surtout lors de ma dernière exposition nationale ART3F, le vernissage ayant eu lieu un certain 13 NOVEMBRE 2015...

Oui ...LEICA la meilleure optique du monde.

Bien à vous
JEFF

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Jeff,

J'imagine, en effet, qu'il est très difficile de se faire une place dans le monde de l'Art, surtout la peinture et la sculpture, même si on a du talent.

Quant à Leica, oui ! les optiques sont sans doute les meilleures mais les appareils (les capteurs) ne sont pas à la pointe. Le numérique a tout bouleversé. J'ai l'impression qu'il n'est pas très rationnel de s'équiper en Leica aujourd'hui.

Cordialement

Carmilla