samedi 9 août 2014

Paradis littéraires















A lire pendant vos vacances :

William DARLYMPLE: "Le retour d'un Roi - La bataille d'Afghanistan". Si on s'intéresse à l'Orient, il faut absolument avoir lu tout Darlymple : "In Xanadu", "Dans l'ombre de Byzance", "L'âge de Kali", "Le Moghol blanc". Il s'agit ici de l'un des épisodes du "grand jeu" avec l'envahissement, en 1839, de l'Afghanistan par les Anglais. Ce fut une terrible boucherie et l'armée britannique, flamboyante et toute puissante, va être massacrée. Un livre majeur, passionnant et très bien documenté, qui se lit comme un merveilleux roman.



Vincent ROBIN-GAZSITY: "L'art d'user ses babouches". La route de la soie, ça fait partie de mes rêves. Je n'en ai fait qu'un morceau mais j'espère bien arriver, un jour, à tout faire. Le chemin se fait ici d'Est en Ouest, de la Chine à la Turquie. Un livre très intelligent, très pertinent par un auteur cultivé.


Tezer Özlü : "La vie hors du temps". Le voyage à travers l'Europe d'une jeune femme turque décédée prématurément (1942-1986). Un récit, écrit en allemand, sur les traces de Kafka, Svevo, Pavese. Très beau, très poétique. Je ne la connaissais pas mais il paraît qu'on la place au côté de Sylvia Plath.


Jean-Pierre MINAUDIER: "Poésie du gérondif -vagabondages linguistiques d'un passionné de peuples et de mots". Un livre étonnant qui parvient à nous rendre passionnants ces livres rébarbatifs que sont les grammaires. Jean-Pierre Minaudier en possède 1 200 chez lui. Il est surtout doté d'un humour ravageur. A lire absolument par tous ceux qui s'intéressent aux langues étrangères. Une langue, c'est une vision du monde. Et puis un conseil personnel: si vous voulez apprendre une langue, ne vous polarisez pas sur le vocabulaire. Commencez par assimiler la grammaire, la syntaxe. Le reste viendra tout seul après.


Peter SLOTERDIJK: "Les lignes et les jours Notes 2008 - 2011". Jusqu'alors, je n'avais jamais réussi à lire un bouquin du célèbre philosophe allemand. Je trouvais que c'était du sous Deleuze, un recyclage "fashion" des idées en cours avec plein de tics de langage et de pensée. Là, il s'agit d'un recueil de ses notes quotidiennes, une espèce de journal. Ca se picore avec plaisir et c'est très vivant. Ca apprend plein de choses sur la culture et la pensée allemande. A lire absolument quand on est germaniste.


Krisztina TOTH : "Code-barres". Quinze petits récits, quinze moments décisifs dans la vie de 15 femmes: l'humiliation, la trahison, le deuil, l'intrusion des autres...C'est à chaque fois très troublant. Krisztina Toth (1967), écrivain hongrois, est par ailleurs reconnue comme grande poète.


Christine ANGOT: "La petite foule". Christine Angot, je la connais très mal, les médias l'ont dévorée. Mais j'ai bien aimé cette galerie de portraits qui m'ont, certes, plus ou moins accrochée mais qui sont toujours incisifs. On s'y retrouve tous, on y reconnaît, tous, plusieurs personnages de son entourage.


Zakhar PRILEPINE: "Je viens de Russie". L'un des gourous de la jeunesse russe, hyper connu depuis son roman San'kia. La caricature de la bêtise et du génie russes. Un Edouard Nabe qui aurait du talent. Un recueil de ses chroniques de 2000 à aujourd'hui. Ca se veut radical, il faut dire que Prilepine est fortement engagé dans le mouvement national-bolchevique de Limonov. C'est sûr que ça ne manque pas de punch et d'acidité. Mais moi, j'en ai complètement marre de toute cette littérature russe qui n'arrête pas de radoter sa nostalgie de l'URSS. C'est le fascisme qui se pare des atours de l'anti-fascisme. Ce qui me rend dingue, c'est que ça se vend à l'Ouest. Il est peut-être temps que les Russes cessent de se considérer comme des innocents, voire des victimes. Rien que le titre me fait gerber : vous venez de Russie et alors..., retournez-y, je vous en prie ! L'âme russe, on s'en fout ! Ca n'intéresse que vous et d'ailleurs, ça n'existe pas !


Vladimir LORTCHENKOV : "Des mille et une façons de quitter la Moldavie". La Moldavie, ça fait partie de ces pays mystérieux dont je vous recommande la visite. Dépaysement et émerveillement garantis. Dans ce bouquin hilarant, on se croit plongés dans un film de Kusturica.



Katia CHAPOUTIER: "Les vies secrètes de Paris". J'avais beaucoup aimé le livre de Katia Chapoutier sur Jérusalem, tellement hors des partis-pris et des sentiers battus. Tous les Parisiens adoreront son livre sur Paris avec plein de lieux inconnus et mystérieux à découvrir.


Tableaux de David HOCKNEY (1937). J'ai ici sélectionné des oeuvres de sa dernière période (2000-2010). Ca change des villas hollywoodiennes de ses débuts, magnifiques mais tellement connues. Cependant, il faut bien le reconnaître, un tableau de David Hockney sur Internet, ça n'évoque pas grand chose. Il faut absolument voir les originaux.

8 commentaires:

José-Dominique a dit…

Merci Carmilla pour ces conseils de lecture présentés avec clarté élégance et concision.
Ca m'a donné envie de lire illico Vladimir Lortchenko et Katia Chapoutier, que je ne connaissais pas encore.
Concernant Zakhar Prilepine, un génie littéraire, vous avez raison, mais aussi un penseur bien plus fin qu'on pourrait penser à première vue. Et un homme d'une intelligence lumineuse (j'ai eu l'occasion de le rencontrer).
J'en profite pour vous signaler mon site sur Edouard Limonov, lui aussi un géant, mal compris en France, malgré (ou à cause) du livre d'Emmanuel Carrère :
http://www.tout-sur-limonov.fr/

Carmilla Le Golem a dit…

Merci José-Dominique pour votre sympathique message.

Dans le contexte que vous savez, je suis sans doute, en effet, très dure avec Prilepine qui a un incontestable talent d'écrivain.

Idem pour Limonov.

Des personnages ambigus par excellence mais sûrement pas des fascistes à la sauce traditionnelle. Disons des anarchistes avec leur flamboyance et toutes leurs contradictions.

Ce que je n'aime pas chez les Russes, c'est leur rapport complètement faussé à l'histoire. Ils se croient des victimes et sont maintenant pleins de nostalgie envers la puissance (illusoire) de l'ancienne URSS.

L'auto-critique est urgente et indispensable. La vérité, c'est que le régime était criminel et oppresseur et que presque tout le monde était complice.

Il serait grand temps que les Russes reconnaissent enfin leurs fautes et leur culpabilité.

C'est comme ça que l'Allemagne est devenue un pays démocratique.

Mais tant que le non dit et le mensonge perdurent (et avec Poutine, c'est de pire en pire), on s'adonne de plus en plus aux tentations totalitaires.

Félicitations par ailleurs pour votre blog,

Bien à vous,

Carmilla

Anonyme a dit…

Excellentes lectures,Camilla ;je n'ai pas tout lu..mais j'avance.j'aimerais recommander les éditions Olizane(où est édité " de...user ses babouches")qui publient des livres remarquables.JP Minaudier est délectable, comment résister au plaisir:"en tant que lecture de plage,une bonne étude comparée de l'ergativité en Avar et en Tongien...vous vaudra,madame,la fascination frémissante des maîtres-nageurs les plus velus de la Madrague"Vive les vacances ! Lola.

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Lola,

J'ai découvert récemment Jean-Pierre Minaudier à la radio (la rencontre matinale de France Inter de 5 H 45 que je recommande par ailleurs vivement). Je l'avais trouvé d'une irrésistible drôlerie sur un sujet bien austère. J'ai retrouvé le personnage dans le bouquin qui est effectivement une belle surprise. Et puis, c'est vrai qu'on n'a pas les mêmes notions du temps, de l'espace, des sexes, des actions, du mouvement suivant les langues.

Sinon, "l'art d'user ses babouches" est également très bien.

Néanmoins, le grand livre de ma sélection, c'est le Darlymple (à condition de s'intéresser à l'Afghanistan, bien sûr).

Bonne vacances à vous aux côtés des maîtres-nageurs de la Madrague. Mais des velus, ça m'étonne ! La mode est, me semble-t-il, à l'épilation intégrale, surtout à La Madrague.

Pour moi, c'est bientôt, à la fin de la semaine, mais ça n'est pas sur une plage.

Amicalement

Carmilla

nuages a dit…

A propos de la Russie et de son absence de réflexion sur son passé et ses prétentions impériales actuelles, on pourrait aussi évoquer la Turquie, qui n'a pas assumé le génocide arménien, la question de Chypre, etc...

Merci pour tous ces conseils de lectures, je les chercherai lors de mon prochain passage dans ma librairie préférée (Tropismes, à Bruxelles).

Je viens de lire encore un livre d'Alaa El-Aswany : "J'aurais voulu être égyptien" (un mini-roman et plusieurs nouvelles grinçantes, réunies dans un même volume).

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Nuages pour vos remarques.

A propos de la Turquie, j'ai lu récemment le très bon bouquin d'Antoine Vitkine: "Mein Kampf - Histoire d'un livre", récemment paru en poche.

Il y a un chapitre très intéressant consacré à la Turquie où le livre d'Hitler est un succès de librairie.

C'est assez glaçant et l'auteur souligne bien la dérive actuelle de la Turquie: l'hyper nationalisme, l'anti-américanisme outrancier, l'anti-sémitisme (avec cette assimilation folle des juifs aux nazis dans le conflit palestinien).

Il ne faut d'ailleurs pas oublier que l'Empire ottoman, il y a seulement un siècle, rassemblait infiniment plus de cultures et de religions (des Grecs, des Arméniens, des Chaldéens, des Kurdes).

En fait, si Atatürk a permis de construire un Etat moderne, il a aussi exalté une idéologie hyper-nationaliste proche du fascisme.

Je suis d'accord avec vous. La Turquie, qui se veut, aujourd'hui, d'abord musulmane, vit dans l'occultation de sa propre histoire.

Carmilla

nuages a dit…

Je suis en train, sur vos conseils, de lire "L'art d'user ses babouches" et j'aime beaucoup. Ça rappelle bien "Longue marche" de Bernard Ollivier, mais avec un ton spécifique, une dérision, une férocité parfois, de bon aloi. L'Ouzbékistan et le Turkménistan ont l'air bien ubuesques, en tout cas.
Merci pour vos conseils de lecture !

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Nuages pour votre message.

"L'art d'user ses babouches", c'est en effet un très bon livre, plein de sagacité et d'humour.

Malheureusement, je crois que ce livre est passé totalement inaperçu. C'est injuste.


Je connais bien certains des pays visités (notamment l'Iran et la Turquie) et je puis confirmer que toutes les observations sont très justes.

C'est sûr aussi, hélas, qu'il y a plein de pays absurdes. L'Ouzbékistan un peu moins que le Turkménistan quand même.

Bien à vous

Carmilla