dimanche 1 mai 2016

Anniversaire


Aujourd'hui, c'est un jour spécial pour moi, c'est mon anniversaire ! J'ai toujours été un peu fière, bêtement, d'être née un 1er Mai.

Parce que je me suis toujours considérée comme une révolutionnaire. Parce que je me suis toujours sentie anarchiste, à ma manière. Parce que j'ai toujours détesté l'ordre, la sécurité.

Le 1er Mai, c'est fort ! C'est très évocateur, même si c'était une journée haïe dans les anciens pays communistes. La préoccupation première, c'était alors, me disait-on, d'échapper à ces célébrations kitsch et ridicules.


Un anniversaire, c'est un point de basculement entre le passé et l'avenir. Pour moi, mon passé, c'est mon histoire russo-soviétique, iranienne, française...Mon avenir, quand il m'arrive d'y penser, ce sont mes fantasmes, vite effacés, de revenir vivre en Ukraine, à Lviv. Mais qu'y faire, de quoi vivre ?


D'ailleurs, est-ce que ça a un sens de ruminer là-dessus ? Le temps passé est-il porteur de leçons ? Est-ce qu'on est toujours les mêmes et appelés à le demeurer ? 

Je ne le crois pas du tout, je suis bien différente de celle que j'ai pu être et que je serai. Notre identité est changeante, évolutive, façonnée par notre histoire personnelle, nos rencontres, nos apprentissages.

Surtout, on n'est pas taillés d'un bloc, il y a chez nous une essentielle duplicité. On est mi-anges, mi-démons, capables du meilleur comme du pire, selon les hasards et circonstances. Rien de glorieux, on n'est pas des héros.


Enfin, un anniversaire nous confronte à la perspective de notre propre mort. Je considère encore ça comme une échéance abstraite et lointaine. Malgré tout, la mort, c'est bien ce qui nous pousse à agir, à nous remuer.


Le grand fantasme, aujourd'hui, c'est, en effet, celui de l'immortalité. On pense y parvenir dans quelques décennies. Mais a-t-on mesuré les conséquences d'une disparition de la mort de notre horizon ? La conscience du temps qui passe, c'est tout de même bien ce qui nous conduit à nous projeter dans le futur, à avoir des projets, à élaborer des œuvres d'art, à communiquer, à nous aimer, à nous haïr.


Tableaux (à l'exception du premier, de libre inspiration) de Kasimir Malevitch (1878-1935). J'aime beaucoup Malevitch dont on ne retient souvent que le fameux "carré blanc sur fond blanc". Son oeuvre est, en fait, très diverse et variée et a beaucoup évolué.

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Carmilla ... Je passerai vite le banal mondain joyeux anniversaire par plutôt joyeuse Pâques... Bien à toi et merci que nos chemins se soit croisé. Thierry

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Thierry !

Heureuse d'apprendre que tu n'as pas disparu !

Pâques, c'est, évidemment, beaucoup plus important que mon anniversaire.

Il y a, bien sûr, beaucoup de choses plus essentielles que sa petite vie personnelle.

Survivre, c'est un dépassement de soi-même.

Bien à toi,

Carmilla

Richard St-Laurent a dit…

Joyeux anniversaire madame !

Je pensais que les vampires naissaient en plein cœur de novembre à la fête des morts, ou dans un trou de mine en décembre. Avouez que pour une vampire naître le premier mai, c'est très anarchiste.

Vous écrivez :

Le grand fantasme, aujourd'hui, c'est, en effet, celui de l'immortalité.

La mort ne peut pas exister sans la vie.

Et la vie prétentieuse aimerait bien se distancer de la mort.

Du moins, c'est ce que désire bien des humains.


Certains auraient intérêt à relire ce surprenant roman de l'auteur portugais : José Saramago, qui s'intitule : Les Intermittences de La Mort. C'est l'histoire de la mort qui se met en grève dans un pays européen.

La vie éternelle ?

Si j'étais un créateur, ou un dieu, où que sais-je, je ne condamnerais personne à l'enfer ; surtout pas, je les condamnerais à la vie éternelle.

Personnellement, je me touche chaque matin que j'ouvre les yeux, surpris d'être encore vivant après une nuit de profond sommeil.

Un peu comme les Sioux, je regarde à l'extérieur, et je me dis : beau jour pour mourir, puis je sens que je suis vivant, alors, je me dis que je vais en vivre une autre.

La vie ne tient pas à grand-chose, petit fil ténu, je suis surpris de m'être rendu jusqu'à aujourd'hui.

Merci pour vos magnifiques photos de la semaine dernière, des fleurs à la fenêtres ? Ici, on a eu une semaine très froide sur le Québec. Pour les fleurs on repassera.

J'ai surtout aimé la première photo, celle du phare, c'est où exactement ?

La dernière toile de Kasimir Malevitch, qui illustre votre présentation, m'a rappelé soudainement:Le Don Paisible de Mikhaïl Chololhov.

Il est un peu tôt pour le scotch, mais le café est savoureux.

Bonne fête !

Richard St-Laurent

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Richard pour votre commentaire tellement sympathique !

C'est vrai! J'aurais préféré naître un 1er novembre.

Mais le 1er Mai, c'est quand même la Révolution.

Le rapport à la mort (mon blog), c'est conditionné par nos histoires personnelles. Il y a, pour moi, 2 catégories de personnes: celles qui ont encore une famille et celles qui n'en ont plus. A partir de là, on n'a plus du tout la même vision du monde.

Moi aussi, je me "touche" chaque jour, même si je suis encore jeune, étonnée d'être encore en vie. Ça explique, en grande partie, ma "folie".

Les fleurs à ma fenêtre! Je suis une rare Parisienne à avoir un petit jardin mais c'est important pour moi, même si je n'y accorde pas l'attention nécessaire. Je laisse tout pousser un peu au hasard même si j'ai des préférences japonaises: des azalées, des camélias, des hortensias. Mais il est vrai que la végétation est un peu en retard, en France, cette année parce que le mois d'Avril a été un peu frais (même si ça n'a rien à voir avec le Québec). Le muguet est, comme ça, assez moche cette année.

Mes photos ? Je n'ai aucune prétention. Je m'intéresse simplement aux images. Le phare établit la frontière entre la Picardie et la Normandie. Si vous venez prochainement en France, je vous conseille vivement de prendre un billet de train, depuis Paris pour Le Tréport (c'est quasiment gratuit)et de visiter Mers les Bains et le Tréport. C'est étonnant, dépaysant, c'est la France brillante de la fin du 19 ème siècle.

Bien à vous

Carmilla





KOGAN a dit…

Bonjour CARMILLA

En effet, je comprends que vous auriez préféré naître un 1er Novembre..

C'est le 1er Novembre 1918, que les Ukrainiens se sont emparés du pouvoir à Lviv (votre ville fétiche) pour ne pas permettre aux Autrichiens de céder le pouvoir aux Polonais et diriger l’Ukraine occidentale.

En conséquent, la République Populaire de l’Ukraine Occidentale a été proclamée.

Personnellement, je ne fête plus mon anniversaire, et je ne me souviens plus du tout de mon âge...tout ce dont je me souvienne, c'est en Novembre également.

Seul l'avenir m'intéresse, ce qui me reste de ma famille et d'amis sûrs(très peu), de sentir ,de respirer, de voir et de continuer de créer quelque chose comme vous le dites si bien...chacun dans son domaine.

Bien à vous
Jeff

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Joyeux anniversaire Carmilla !

Je suis en vacances, pas n'importe où, mais en Normandie !
Hélas, je n'ai pas mon ordi, et emprunter je n'aime pas trop.
Mais je suis contente d'avoir pu passer chez vous aujourdhui.
Pour moi ce sera le 30 mai.

Avec beaucoup d'amitié, je vous souhaite encore tout plein de belles choses, et pour nous encore plus d'images toujours si originales.

Ariane.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff,

Je constate que vous vous êtes documenté sur l'histoire de l'Ukraine. Félicitations ! Je ne partage cependant pas l'analyse que vous développez. Mais en discuter nous entraînerait trop loin. Je vous recommande sur ce sujet un livre récent du grand historien américain, Timothy Snyder: "Le prince rouge - les vies secrètes d'un archiduc de Habsbourg". En tout état de cause, Ukrainiens et Polonais sont très proches et l'Ukraine est largement autant modelée par la Pologne que par la Russie.

Sinon, j'estime, comme vous, qu'une activité créatrice (même si elle est sans prétention) permet d'échapper à l'ennui de la vie.

Cordialement

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Grand merci Ariane pour votre sympathique message.

Je penserai à vous le 30 mai.

La Normandie, je connais un peu. J'aime beaucoup certains petits villages: Varengeville-sur-Mer (où est enterré Georges Braque), Lyons-la-Forêt (où a vécu Maurice Ravel), Ry (le village de Madame Bovary), Beuvron en Auge et ses alentours et enfin la côte Ouest du département de la Manche. Je viens enfin de découvrir la ville du Tréport dont l'architecture est magnifique.

Amitiés

Carmilla

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Varengeville, où vit le peintre Michel Ciry (né en 1919)
Peu connu, ou plutôt peu mediatisé, il fait l'objet depuis longtemps d'une stigmatisation, qui ressemble fort à une censure.
Néanmoins, je lis son Journal, et même si je ne suis pas catholique, mais orthodoxe, j'éprouve beaucoup d'émotion devant ses toiles.

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Ariane,

Je ne connaissais pas Michel Ciry. Ses tableaux sont effectivement impressionnants.

Merci de me l'avoir fait connaître.

Bien à vous

Carmilla