samedi 17 septembre 2016

"Les âmes baltes"



La Lettonie, mes photos, vous devez en avoir marre. Je termine, donc, aujourd'hui.


En fait, je me suis beaucoup baladée dans la campagne, les petites villes. Ça n'est pas très beau, mais il y a une atmosphère, une ambiance, comme on dit.


La coexistence d'une église catholique et protestante.

Cette région de l'Europe, c'est pour moi une énigme. Sur un tout petit territoire englobant, aujourd'hui, plusieurs pays (la Lettonie, la Lituanie, la Prusse-Orientale, la Biélorussie), sont nés et ont vécu dans leur enfance, à peu près en même temps, quelques-uns des plus grands penseurs et artistes du 20 ème siècle: Eisenstein (père et fils), Konstantin Ciurlonis, Mark Rothtko, Chaïm Soutine, Marc Chagall, Jacques Lipchitz, Emmanuel Levinas, Hannah Arendt, Romain Gary. Ils auraient pu se connaître, se rencontrer, tellement ils étaient proches, mais ça n'a, bien sûr, pas été le cas.


La coexistence d'une magnifique synagogue et d'une église catholique

Comment comprendre ça ? Sauf Vilnius et Riga, rien que des bleds d'une désolante platitude. Rien de beau, de stimulant. Sinistre de chez sinistre: ça peut donner matière à disserter, à l'infini, sur les liens entre le génie et son environnement. Aujourd'hui encore, ça apparaît complètement perdu. Comment devenir Rothko quand on est né à Daugavpils ?


J'ai une seule explication: la multiplicité ! 


La multiplicité des langues: tout le monde parlait russe, polonais, yiddish, allemand et, éventuellement, lituanien ou letton. 

La multiplicité, aussi, des religions: orthodoxe, protestante, catholique, juive. 

La multiplicité, ça vous rend moins bête, plus critique.


Enfin... pour ce qui me concerne, je voulais surtout voir la ville de Marc Rothko: Daugavpils (Dvinsk ou Dünaburg). 

Rothko, j'adore ! Mais je n'ai jamais compris qu'on le présente, presque partout, comme un peintre américain. Rothko, pourtant, c'est l'Europe Centrale.


Daugavpils, j'imagine que ça ne fait rêver pas grand monde. Mais j'ai adoré ! J'y ai vécu des soirées extraordinaires: des boîtes, des restaurants fabuleux.


Surtout, il y a, à Daugavpils, une extraordinaire Fondation Marc Rothko.  C'est un endroit magique où vous pouvez même séjourner, trouver un hôtel, une chambre. C'est ce que j'ai fait !




La Fondation Marc ROTHKO. Ma chambre, extraordinaire, était sur la gauche.







Il y a aussi, en Lettonie, des châteaux extraordinaires. Pas seulement ceux des barons baltes.Surtout les palais de Rastrelli, l'architecte de l'Ermitage à Saint-Petersburg. 

Rastrelli, tout le monde le connaît en Russie. En Lettonie, il a construit Rundale et Mittau, des palais de rêve qui surgissent, tout à coup, en pleine nature. 

Sait-on, en France, que Louis XVIII a vécu, de longues années, à Mittau, ancienne capitale de la Courlande (photo ci-dessus) ?


Mais, mais ... Je suis, aussi, allée en Lettonie pour aller, bêtement, à la plage. En général, je déteste ça (la promiscuité, la saleté) sauf dans les pays Baltes.


Les plages baltes, c'est mon proche passé, mais c'est quand même un peu bizarre. C'est ultra-propre avec un sable ultra-fin. Et puis, on a de la place, beaucoup de place.


Mais c'est étrange! C'est d'un calme impressionnant. Personne ne bouge, tout le monde se contente de regarder la mer, sagement assis. Et même, personne ne se baigne ou ne nage (sauf moi).


Je n'ai jamais trouvé d'explication à ça. Mais tant pis ! J'ai adoré mon séjour à la mer à Jumala tout près de Riga.


Mon verre de bière au bord de la mer à Jurmala.




Photos de Carmilla Le Golem en Lettonie. Images principalement prises à Daugavpils, Rezekne, Rundale, Jelgava (Mittau) et Jurmala.

Si vous vous intéressez aux Pays Baltes et à la Lettonie, je vous conseille: Jan BROKKEN: "Les âmes baltes"; Jean-Paul KAUFFMANN:"Courlande"; Marguerite YOURCENAR : "Le coup de grâce". Il faut aussi lire l'oeuvre d'Eduard Von KEYSERLING, baron balte du début du 20 ème siècle. C'est excellent.

Enfin le grand écrivain letton est le poète Janis Rainis 1865-1929) qui a beaucoup contribué à la première indépendance de la Lettonie. Un grand peintre aussi : Janis ROZENTALS (1866-1916) (photographie ci-dessus).

Voilà, c'est fini ! Je ne vous parlerai plus de la Lettonie avant longtemps.

8 commentaires:

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Mille merci Carmilla !

Moi, elles me plaisent vos photos, d'ailleurs je vous les pique régulièrement pour mes fichiers intimes, ceux que je laisse dans mes tiroirs et que je consulte quand au cours de mes lectures, j'ai besoin de me situer.

Vous me donnez une furieuse envie d'y aller.
Je ne rêve que de pays calmes, où il ne fait pas trop chaud, où surtout on ne voit pas de touristes en masse.
Je rêve de la Norvège, de la Suède, dans la belle Scanie où j'arpenterais les rues de Malmö...et aujourdhui de Courlande.
Je viens de commander Les âmes baltes, de Jan Brokken.

ps. je le sais, j'écris très mal, je le fais vite parce que je suis émotive et très spontanée.
Bon dimanche Carmilla.

Carmilla Le Golem a dit…

Grand merci Ariane pour votre message !

Vous pouvez bien sûr utiliser librement mes photos.

Vous ne regretterez pas la lecture de Jan Brokken. C'est un livre tout à fait remarquable.

C'est sûr que les pays baltes et les pays scandinaves ne sont pas envahis par les touristes et qu'ils donnent une impression de grand calme. De plus, il n'y fait pas si froid que ça et les étés peuvent même être très agréables.

Cependant, Pays scandinaves et Pays Baltes sont quand même pour moi très différents. Dans les Pays Baltes, l'architecture, les paysages, la cuisine, les relations inter-individuelles (et notamment entre les hommes et les femmes) sont quand même très marqués par l'Europe Centrale.

Amicalement

Carmilla

nuages a dit…

Pour moi du moins, vous ne devez surtout pas cesser de parler des Pays Baltes, de la Biélorussie, de la Prusse orientale, et d'en montrer des images. Ça me plaît et m'intéresse toujours !

J'ai suivi vos conseils de lecture : j'ai beaucoup aimé "L'étrange mémoire de Rosa Masur" et "Manuel d'exil".
Je viens de terminer "Une brève histoire du tracteur en Ukraine", de Marina Lewycka que j'ai bien aimé aussi. C'est à la fois drôle et féroce. A la fin de ce livre, on a publié les premières pages de son livre suivant, "Deux caravanes", qui a l'air fort bien aussi.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Nuages,

Je ne vais évidemment pas cesser de parler de l'Europe Centrale.

"L'étrange mémoire de Rosa Masur" et "Manuel d'exil" comptent effectivement parmi les meilleurs livres que j'ai lus ces derniers mois. Mais la rentrée d'automne comporte également quelques pépites. J'en parlerai bientôt.

Bien à vous

Carmilla

Richard St-Laurent a dit…

Bonjour dame Carmilla.

J'arrive...j'arrive...

Me revoilà de retour, du moins en parti, mon corps est de retour mais mon esprit vadrouille encore dans les Chic-Chocs et quelques autres lieux insolites en Gaspésie.

Le voyage, la liberté à fond la caisse, il n'y a que cela de vrai. Je viens à peine d'arrivé que le désir de repartir me tenaille

La dernière fois que je vous ai lu, vous étiez en train de vous épancher sur le snobisme, pendant que j'étais en train de préparer mes bagages.

Je constate que vous n'êtes pas en reste, beau périple en Europe Central. J'ai aimé vos photos, surtout la Lettonie champêtre. Particulièrement apprécié, la photo no.13, celle ou l'on voit des affiches ou des toiles, pendues à l'extérieur sur une corde à linge. J'aime les vieilles maisons en bois sur le bord de la ruine, qui ne demandent que des rénovations. La cheminée serait à refaire, les murs à repeindre, ainsi que la toiture en tôle, mais la porte est grande ouverte, ce qui est très invitant, chaleureusement hospitalier.

Vous avez une propension à photographier les fenêtres et les vitraux : Est-ce un regard sur le monde, intérieur ou extérieur ? Je trouve que c'est d'une belle curiosité. Une fenêtre, c'est toujours mystérieux, de jour comme de nuit.

Reste les hasards de la route, les crevaisons, les pannes, les rencontres, les découvertes, et un bon verre de bière.

Étrange, je suis en train de lire un livre que j'attendais depuis longtemps...Vilnius Poker de Ricardas Gavelis. J'ignorais que Dostoïevski avait des descendants. Un roman ? Je dirais plutôt un récit philosophique. Belle écriture serrée et dense qui porte bien les idées. J'espère que ses autres livres seront traduits un jour en français.

Au prochain départ...

C'est tout ce qu'un nomade peut désirer...

Richard St-Laurent

Anonyme a dit…

Vous êtes un peu vieille ?

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Richard pour votre message !

Ravie de vous savoir de retour. Je pensais que vous aviez disparu (mais c'est votre droit).

La Gaspésie, ça fait rêver mais je me vois mal aller là-bas. Je suis sans doute trop ignorante.

C'est gentil de me dire que vous avez aimé mes photos. Je ne suis quand même qu'une amateur. Mon goût pour les fenêtres ? Je ne sais pas.

La photo 13, c'est celle d'un café branché dans un village letton. Mais des maisons en bois, il y en a plein en Lettonie. Si vous y allez, un jour, je vous conseille de visiter Jurmala, une magnifique station balnéaire près de Riga.

En ce qui concerne, enfin, "Vilnius Poker", je sais que c'est un très grand livre. A ma grande honte et même si je connais très bien Vilnius, je n'ai pas lu ce livre. Il fait tout de même près de 600 pages. Mais vous me donnez envie de tenter l'expérience.

Bien à vous

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Anonyme, vous m'avez bien fait rigoler !

Est-ce que ce n'est pas vous qui êtes un peu vieux ?

Bien à vous,

Carmilla