vendredi 23 décembre 2016

9 ans


Carmilla a 9 ans: c'est, pour moi, incroyable, presque ridicule ! Quand j'avais débuté, je m'étais fixé l'objectif de tenir un an tout au plus.

Et puis, il s'est trouvé que j'ai enchaîné, imperturbablement, à raison d'un post par semaine.

La première explication, c'est que ça ne m'a jamais pesé de rédiger mes posts, que je n'ai jamais eu de difficultés pour les écrire (toujours très vite) et que je ne me suis jamais demandé qu'est-ce que j'allais bien pouvoir raconter cette semaine. Alors que je suis très réservée en public, écrire ne me pose, en revanche, pas de problèmes.

Mon blog, il m' a, en fait, toujours amusée, divertie. Je crois qu'on rêve tous d'une autre vie !


Mais un blog, ça se construit, surtout, par rapport à des lecteurs. C'est devenu très difficile de conquérir un petit public, ça m'a pris un temps fou mais c'est une récompense. C'est, avant tout, une découverte, un échange avec d'autres personnes que je n'aurais jamais pu rencontrer.

C'est aussi une interrogation. Qu'est-ce qui vous conduit à me lire régulièrement, qu'y trouvez-vous ? Quelles affinités nous lient ?

C'est également, parfois, un étonnement. J'ai l'impression, à certaines remarques, que l'on me comprend mal ou plutôt qu'on me prend absolument au sérieux, au pied de la lettre. Pourtant, toute écriture, même modeste, est toujours création, reconstruction, de soi. En d'autres termes, Carmilla, bien sûr que c'est moi mais pas complètement non plus. Je force toujours un peu le trait et je provoque, j'aime bien renverser les tables. Rien de plus déprimant que la tiédeur et la banalité. Mais dans la vraie vie, j'espère bien ne pas être aussi arrogante que l'image que je brandis.

Ça ne veut pas dire non plus que je ne crois pas en ce que j'écris: la séduction, l'interdit, la culpabilité, la différence des sexes, les jeux de pouvoir, on a tendance à évacuer tout ça aujourd'hui pour promouvoir une vie sans aucune aspérité, parfaitement transparente et égalitaire. C'est aussi la vie tétanisée, vitrifiée, de citoyens écolo-responsables parfaitement domestiqués et c'est ce que je combats.

Quoiqu'il en soit, je vous aime tous, chers lecteurs, d'un bel amour vampirique et j'espère continuer à vous séduire l'an prochain.

Belles et bonnes fêtes à vous tous !


Photographies de Sylvia Bataille (1908-1993) prises, en 1934, par Denise Bellon. Après avoir été l'épouse de Georges Bataille, Sylvia allait devenir l'épouse de Jacques Lacan.

La dernière image est une affiche, que j'ai maladroitement retravaillée, du Viennois Teo MATEJKO.

11 commentaires:

Nat a dit…

Bonjour Carmilla,

Je vais tenter de répondre à vos questions. Je vous lis depuis près de trois ans, je crois, et je ne sais plus comment je suis arrivé là. J'ai pris l'habitude d'ouvrir votre site tous les lundis matin, avec une exception pour ce billet.
Vous êtes entrée sans le savoir dans mes habitudes de lecture. Je vous ai découverte, je vous ai inventée. Bien sûr que vous êtes vous, mais vous êtes la seule à le savoir. Ici, l'autre est toujours cet inconnu intime qui se crée, se dévoile, sous le regard du lecteur. Et le lecteur, en vous lisant, se lit lui-même. C'est un peu comme dans la vie réelle, je trouve.
Pour le dire autrement, il y a une forme d'attirance sinon je ne lirai pas. J'aime votre façon d'aborder le monde, de renverser les fausses promesses de la litanie sociale dominante : le bien-être, l'égalité des genres, le genrisme, l'amour, etc. J'aime votre amour du froid et des territoires désertés par les touristes. Je sens dans l'expression de votre solitude ou de vos coups de talon une sensibilité profonde, une forme de quête. Mais là encore, il ne s'agit que de mes projections. Elles sont douces et elles me vont parfaitement.
J'admire votre patience et le temps que vous avez consacrés à la constitution de votre espace. En janvier, je serai blogueur depuis 10 ans... J'ai dû m'écraser 20 fois. Mais, paradoxalement, j'ai toujours eu avec moi un groupe de lecteurs "historiques", qui suivent mes coups de faux, mes déroutes, mes expériences toutes plus tragiques les unes que les autres. Ils y trouvent même un fond de lumière que je ne saurai pas voir moi-même. C'est très doux, presque tendre... Curieux d'ailleurs ces nouveaux paysages du tendre qu'offre le Net.
Bien à vous et longue vie à votre blog!
RémyAlbanNat

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Je partage tout à fait l'engouement de Rémy.

Pas un lundi sans vous visiter. Votre blog est un des plus originaux que je connaisse et surtout je m'y reconnais parfaitement, même si vous êtes une et inimitable.
Disons que je me sens un peu proche de vous, et c'est vraiment agréable.

J'aime aussi beaucoup le choix de vos illustrations.

Donc oui, longue vie à ce blog, qu'il nous enchante encore longtemps !

Merci Carmilla, continuez d'être notre vampire bien-aimé et joyeuses fêtes à vous également !

Ariane.
( de retour de Bruxelles, non la belle, mais la laide, hélas...)

KOGAN a dit…

Merci à vous CARMILLA pour tous ces moments délicieusement piquants et charmants de votre inépuisable oasis très haute en couleurs (écrits et tableaux).

Bravissimo également quant à la qualité des "répliques" bien cloisonnées, sans être obligé d'y souscrire, que vous apportez à chaque commentaire...et qui en font défaillir plus d'un.

Pourquoi vous suivre?

Pour votre personnalité hors du commun certainement, et pour ne citer Georges BATAILLE que vous mentionnez sur les photos de son épouse SYLVIA:

"L'angoisse ne serait-elle pas la supposition du désir de communiquer?"

A bientôt en 2017.

Bien à vous.
Jeff

Anonyme a dit…

Carmilla, au détour d'un surf virtuel nos chemins se sont rencontrés via votre blogue... Je ne suis pas un adict des blogues mais celui-ci j'en suis fidèle ! Pourquoi tout les dimanches je vous lis ? Je ne le sais même pas moi même... Terrible! En suis interpelé... Serais ce le lâcher prise de notre monde avec ces analyses libres exaministes ou le côté irrationnel de votre âme Slave... Oui les femmes slaves sont envoutantes... C'est la séduction pur: âme à âme. Notre monde si cartésien on s'en lasse; On est blasé... Votre blogue permets à l'esprit un envol, la détende du lâcher prise ... Vous me l'ecriviez : je ne suis pas une sainte. Ce dont je n'en doute pas... Mais ne vous sous estimez pas! Je ne sais que peu de vous... Juste vos phrases improvisées sonnent comme un accord de Jazz. Cela détend, distrait du métro boulot dodo quotidien ! Votre écriture est franche, direct alors que notre monde doit être correct, poli, discret... C'est extravagant! On vit pleinement ... Ça stimule, interpel, porte à la réflexion! Thierry le Belge

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Rémy/Alban,

Je reconnais que je n'aime pas la pensée commune ni les lieux communs (les endroits touristiques). Les pays réputés moches ou tristes, je trouve stimulant de les visiter tandis que les pays attractifs (les pays méditerranéens) me dépriment.

Mais c'est peut-être aussi un snobisme à l'envers. Il faut, sans doute, éviter d'avoir trop de convictions et être capable de changer d'avis.

Quant à mon blog, il illustre, en effet, peut-être une de mes rares qualités (ou défaut ?): la persévérance. En tout, je suis comme ça, je ne sais pas m'arrêter.

Bonnes fêtes de fin d'année et n'oubliez pas de nous parler de votre voyage en Pologne.

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Grand merci Ariane pour votre message chaleureux,

Je ne sais évidemment pas si nous sommes proches.

Je n'ai pas non plus le sentiment d'être très originale. Je recycle beaucoup d'idées glanées au hasard de mes lectures.

Ma seule singularité, c'est que je pense quand même très bien connaître (du moins par rapport à la moyenne) l'Europe Centrale. Ca va de Moscou à Berlin, via Varsovie, Kiev, Prague, Budapest, Bucarest, Sofia, les Etats Baltes, les Balkans. C'est un ensemble culturel malgré tout assez homogène mais, je ne sais pas pourquoi, vraiment peu connu en France. J'y suis très attachée.

Sinon, j'aime bien la Belgique et sa convivialité. C'est déjà un peu l'Europe Centrale, l'Europe du Nord. Bruxelles, c'est aussi l'une des capitales de l'Art Nouveau. J'adore le musée Horta. Mais chaque voyage est différent et on peut, tour à tour, être déçu ou enchanté par un même lieu, le trouver magique ou horrible. Le contexte est primordial.

Très bonne année à vous

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff pour votre message louangeur,

Je m'attache à répondre à tous mes messages et commentaires sauf quand c'est trop explicitement séducteur. J'estime que c'est important.

Je considère, en effet, Georges Bataille comme l'un des grands écrivains et penseurs français. Il est curieux qu'il ne soit connu que dans les milieux intellectuels. Il m'a bien sûr influencée. Il faut absolument avoir lu "Le bleu du ciel", "Ma mère", "Histoire de l'oeil" et surtout "La part maudite" (un essai au croisement de l'économie et de l'anthropologie).

Sylvia Bataille était, elle-même, une personnalité hors du commun. Je recommande la récente biographie qui lui est consacrée d'Angie David.

Très bonne année à vous et, surtout, réussite dans vos projets esthétiques.

Carmilla

KOGAN a dit…

Merci Carmilla

La séduction au naturel est une chose essentielle dans la vie et c'est surtout la femme qui en fait un jeu principal, plus que l'homme.

J'irai donc voir "Histoire de l'oeil" pour essayer d'atteindre "l'autre" extase vertigineuse de la conscience...

Très Bonne Année à vous CARMILLA.
Jeff

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Thierry pour votre message si chaleureux.

Je sais que vous êtes un lecteur fidèle depuis quelques années. Ça me fait plaisir de savoir que mes petits textes trouvent, en vous, une résonance.

Les statistiques de mon blog montrent que j'ai beaucoup de lecteurs belges. Il y a sûrement une plus grande affinité des Belges avec l'Europe Centrale. La cuisine et la bière déjà ! et puis un imaginaire teinté d'angoisse.

C'est vrai que j'essaie d'aller à l'encontre des idées reçues mais je ne sais pas si j'y arrive. Je suis également conventionnelle à ma manière.

Bonnes fêtes et bonne année à vous et à tous vos proches !

Carmilla

Raymond Laser a dit…

Il y indéniablement, dans cette remarquable durée, quelque chose découlant de la force et de la puissance, au sens brut, mécanique, huileux et charbonneux. Je vois ici des rouages et des pistons. C'est ce temps écoulé, d'ailleurs, qui m'a immédiatement intéressé ici.

Quand j'ai constaté la date d'ouverture du blog, et la fréquence à laquelle vous postiez Carmilla, j'ai souvenir d'avoir émis un sifflement admirativo-interrogatif entre mes incisives, et marmonné quelque chose qui devait être proche de : Putain la vache, balèze la gonzesse. Voyons voir de quoi elle cause depuis neuf piges...

J'en suis là, à voir. Une preuve significative, elle-même suffisante.

R.L.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Raymond,

Je crois que si je dure depuis si longtemps, c'est parce que n'ai jamais entretenu de grandes ambitions pour ce blog, ni littéraires ni artistiques. Je cherche simplement à m'amuser, me faire plaisir, vivre sous une identité un peu différente.

Mais je conçois bien qu'à l'échelle de 9 années, je ne tiens pas vraiment la distance et que je radote forcément beaucoup.

Bien à vous

Carmilla