dimanche 18 décembre 2016

Déceptions sentimentales


Ma copine Daria, elle me dit qu'une honnête femme, aujourd'hui, doit avoir connu au moins 100 hommes pour prétendre savoir un peu ce qu'est la vie. 


Dans l'absolu, je lui dis que je suis d'accord et, d'ailleurs, ça n'est pas si difficile que ça. Elle et moi, il suffit qu'on s'assoient à la terrasse d'un café ou sur le banc d'un parc pour avoir, tout de suite, du moins en France, 2 ou 3 prétendants.


Il est vrai que notre apparence n'est pas vraiment dans les "codes". Cette attention, ça nous plaît, bien sûr, mais ça nous fait peur également. C'est peut-être le charme slave: ça ne nous arrive pas à Moscou ou à Kiev.  Mais qu'est-ce que ça veut dire ici, à Paris? Peut-être que les hommes, en Europe de l'Ouest comme ailleurs, sont malheureux !

Et puis..qu'est-ce que ça nous apporte ? Est-ce que chaque relation nous permet, vraiment, de mieux connaître la vie ?  Est-ce qu'on ne perd pas souvent son temps ?


En fait, ça n'est pas toujours rigolo: le plus souvent, on est confrontées à de drôles de zèbres:

- des avares: du genre à faire 50 kms pour payer moins cher 1 litre d'essence ou un yaourt. Mon antidote: leur demander de m'accompagner à mon marché favori, celui des Ternes ou leur proposer un voyage pour Tokyo avec vol direct.



- des écolos: c'est à peu près la même chose que les avares, avec plein d'obsessions en plus. Mon antidote: je ne prends pas de douches mais plutôt les bains. Quant à ma voiture, elle consomme 15 litres aux 100kms. Et puis, j'aime bien éclairer à plein mon appartement ou avoir très chaud en hiver (ce sont des souvenirs d'enfance).


- des politicards:  des types pleins de rancœur et de de haine, qui pensent "à la hache", sûrs qu'ils détiennent la vérité! Mon antidote : les ringards, les ignares, c'est Mélenchon et Montebourg. Les révolutionnaires, c'est Macron et Fillon. Tant pis si vous me crachez  à la gueule parce que j'ai écrit ça.

- des puritains: des types qui n'aiment pas la façon dont je m'habille, me maquille, mes jupes, mes high heels. Mon antidote: je leur demande de m'offrir un ensemble Chantal Thomas ou Victoria's Secret, en rouge évidemment.


- des mythomanes: pleins de types auraient eu des carrières professionnelles extraordinaires,  malheureusement contrariées. Mon antidote: leur soumettre 2 ou 3 problèmes techniques.

- des artistes, des rêveurs, des intermittents du spectacles qui ne parlent que d'eux. Mon antidote: leur demander de me payer un simple café.



- des violents qui, au nom de la la libéralisation des mœurs, se croient tout autorisé.  Qui nous massacrent au point qu'on ne peut plus marcher pendant plusieurs jours. Mon antidote: leur proposer un même traitement, la prochaine fois, avec un godemichet. 

- des addictos. Je suis tolérante avec ceux qui fument, boivent et même se droguent. Ça répond aussi à une logique, une rationalité. Ce qui me gêne, c'est que leur vie toute entière s'organise autour de ça. Et puis là, je n'ai pas d'antidote.


C'est pour ça que je ne suis pas mariée et que je préfère, généralement, qu'on me foute la paix. 

Le grand malentendu,dans une relation, c'est que chacun voudrait être aimé absolument. C'est que chacun croit qu'il est, par lui-même, par sa seule présence, absolument désirable.

Je n'ai pas cette prétention et je ne veux pas, surtout pas, que l'on m'aime. Simplement que l'on me parle.


Tableaux de Hope GANGLOFF, jeune artiste new-yorkaise. Elle est assez connue aux Etats-Unis. Elle cherche à traduire "l'agonie de l'éros".

14 commentaires:

Richard St-Laurent a dit…

Bonjour Dame Carmilla !

Quoi qu'on en dise, quoi qu'on n'en pense, je reconnais que vous avez de la suite dans les idées, j'ignore si c'est la noirceur de décembre qui vous fait passer de la manipulation, à la disparition de l'amour, jusqu'aux déceptions sentimentales, c'est peut-être un bleu de vampire ?

Je diffère d'opinion en ce qui concerne la disparition de l'amour et que se serait les chrétiens qui auraient peaufiné la chose, pour unir le sexe et l'amour. Pour qu'une chose disparaisse, il faut qu'elle ait existé. Vous pouvez courir après l'amour pendant toute votre existence, et jamais vous ne le connaîtrez; et si vous essayez de le fuir, il vous tombera dessus comme la foudre. Pour la foudre selon les statistiques, se serait une chance sur 14 millions, pour l'amour je dirais que c'est encore moins dans l'échelle des possibilités.

L'auteur Georges Simenon, se vantait d'avoir connu 1,000 femmes au cours de sa vie. Je me demande où il a trouvé le temps, pour manger, dormir, se laver et écrire ? Cents hommes pour connaître un peu la vie ? Pas besoin de s'épuiser, juste à ouvrir les yeux, et à observer autour de soi. Il me vient un petit bout de phrase comme cela d'une chanson de Jacques Brel : Il est plus humiliant d'être suivi, que d'être le suivant...

Les nombres n'assurent pas plus une bonne qualité, qu'une analyse solide.

Les hommes en Europe de l'ouest comme ailleurs sont malheureux ? Peut-être ? Les vrais malheureux cette semaine, se sont ceux qui essaient de fuir Alep. C'est sans doute le résultat de manques flagrants de nos leaders internationaux. Les bottines n'ont pas suivies les babines...Vous n'aurez pas une grand cuvée pour la présidentielle de 2017, les choix sont assez médiocres, ce qui n'est guère mieux en Amérique Du Nord et ailleurs dans le monde. Pendant ce temps Poutine salive sous l'arbre. Est-ce que le fromage va tomber ?

En conclusion vous n'êtes pas plus mariable que moi, le mariage n'est pas une obligation pas plus que la souffrance d'ailleurs. Ce qui nous permet de bonnes discussions.

Je suis comme un ours blanc, froid et cruel, et j'adore la viande de phoque, pour cette viande je ne plaisante pas, c'est vraiment bon et soutenant.

Par un dimanche matin, un ours blanc sous le verglas, qui divague. Bon vent dame Carmilla !

Richard St-Laurent

N.B. Lecture en cours : La Plénitude Du Vide
par
Trinh Xuan Thuan

Très intéressant !

Anonyme a dit…

Bonjour Carmilla,

mais que font ces hommes? Ne vous parlent-ils pas? Ont-ils peur? Les Parisiens sont bien étranges.
Je ne connais pas le charme slave, pour être honnête. Et je ne me suis jamais senti désirable, ou beau, pour faire simple, mais j'aime la vibration amoureuse et je le paie systématiquement très cher. Je me fais marrer.
Lundi 26, je pars pour l'Est, sûrement pour la Pologne, ou plus loin encore, à l'arrache, comme j'aime le faire, avec ma renault pourrie. Je penserai à vous, à vos billets magnifiques sur l'espace slave. C'est en partie en vous lisant que cette "pulsion" m'est venue.
Merci beaucoup.
Bien à vous.

Alban/Rémy

KOGAN a dit…

Bonjour CARMILLA

100 conquêtes...
Mesdemoiselles, vous êtes à côté de la plaque...CASANOVA en a comptabilisé 142 vérifiées dans son livre "L'histoire de ma vie" et il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes dans un libertinage sexuel transgressif et un libertinisme intellectuel...également.

" sa fermeté dans l’absence de tous les biens moraux et physiques, en font un homme rare, précieux à rencontrer, digne même de considération et de beaucoup d’amitié de la part du très petit nombre de personnes qui trouvèrent grâce devant lui."

Côté politique:
L'on dit aussi qu'il faut savoir gouverner sa langue pour s'adresser aux hommes et qu'il n'appartient qu'a DIEU d'enseigner comment on doit se taire.

Nous sommes dans une époque ou nous parlons trop, bientôt à la vitesse de la lumière, et il n'est pas nécessaire d'être un génie de premier ordre pour nous répandre hors de nous-même, comme E.MACRON, homme brillant c'est un fait, mais "un banquier qui voudrait être ROI",adulé des jeunes subjugués par son parcours, mais manquant un peu d'épaules et d'âge contrairement à son mentor...

Il ne reste plus dans le marigot que François FILLON, faux calme et faux timide..., qui ne va pas nous coûter que 4 euros...mais peut-être le plus raisonnable d'entre tous à essayer de sauver le bateau , en faisant trinquer éternellement les classes moyennes.


"Toutes leurs belles paroles précèdent bien souvent leurs pensées en sachant seulement ce qu'ils pensent vraiment... après avoir entendu ce qu'ils ont dit".(Gustave le BON)



Bonne semaine à vous
Bien à vous
Jeff

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Richard pour votre message,

Je crois quand même que l'amour est en train de disparaître de la conscience européenne. C'était toute une littérature, un art, un comportement. La sexualité s'est technicisée, effondrée dans l'indifférence (1 000 femmes, 100 hommes) et plus personne ne veut prendre de risques, mettre sa vie en jeu pour une histoire d'amour. Plus personne ne meurt d'amour, c'est devenu ridicule.

Le lien du christianisme avec l'émergence de l'amour, je pense également que ce n'est pas faux.

Les élections présidentielles en France, c'est totalement imprévisible. Ce qui est sûr, c'est que beaucoup de gens veulent un changement radical. Ça peut être inquiétant ou porteur d'espoir.

Je ne sais pas si certaines personnes parviennent à échapper à la souffrance. Qui peut prétendre être serein ? L'angoisse est notre compagne quotidienne.

Quant à la viande de phoque, je n'en ai jamais mangé: si ça a un goût de poisson, je peux essayer mais si ça a un goût de viande, je suis réticente (je mange peu de viande).

Enfin, je n'ai pas lu "La plénitude du vide" mais le titre me laisse interrogative.

Joyeuses fêtes à vous

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Alban,

Que font les hommes ? Je suis probablement aussi responsable car je suis, sans doute, quelqu'un de très compliqué.

Ça me fait plaisir que vous partiez à l'Est surtout si j'en suis un peu à l'origine. Il y a des villes magnifiques et surtout, une histoire, une culture. En plus, c'est très facile pour un touriste. Vous trouverez toujours un hébergement et la population, très accueillante, s'efforcera de vous faciliter la vie.

Mais l'Est, c'est vaste et j'espère que vous disposez d'un peu de temps. Vous pouvez aller jusqu'à Tallinn avec une simple carte d'identité et même en Ukraine avec un simple passeport (pas de visa). La Russie, en revanche, ça demeure compliqué.

Ce qui est regrettable, c'est qu'il n'y a même plus de neige là-bas en hiver mais ça vous permettra au moins de rouler, en toute quiétude, avec votre Renault.

Si vous allez en Pologne, je conseillerais surtout Cracovie et ses alentours. De Cracovie, vous pouvez, en plus, prendre un train de nuit pour Lviv en Ukraine.

Mais si vous avez besoin de conseils, n'hésitez pas à me contacter. Je connais quand même tout ça très bien.

Joyeuses fêtes à vous.

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff,

La séduction est en effet une arme philosophique et la conquête réclame intelligence et ouverture à l'autre. C'est un véritable apprentissage mais ça peut aussi se révéler décevant.

La politique, je n'ai aucune idée préconçue et n'ai surtout pas l'esprit militant. Je constate simplement que la démagogie et le populisme font rage. Je n'ai en fait qu'un critère: celui de l'économie. Quoiqu'on en pense, c'est bien une discipline scientifique. En France, cependant, n'importe qui (Mélenchon, Le Pen, Montebourg) s'autorise à raconter n'importe quoi en la matière.

Joyeuses fêtes à vous

Carmilla

KOGAN a dit…

Vous avez raison CARMILLA, l'économie est une science, et la théorie de KEYNES se confirme de plus en plus virulente avec un endettement de la FRANCE pour 2016 de plus de 96% du PIB.

L'état à cet effet doit intervenir massivement en permanence financièrement pour réguler les flux...et comme l'état c'est nous, il nous faudra ouvrir le portefeuille plus que de coutume dans les années à venir en espérant peut être un nouveau... "take off."



Bonnes fêtes de NOEL à vous.
Bien à vous
Jeff

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff,

Je ne suis en effet pas du tout Keynésienne. Ma référence, c'est plutôt Ricardo et la théorie de l'offre.

Bien à vous

Carmilla

KOGAN a dit…

Il faudra que vous me donniez des cours ...alors

"La théorie de Ricardo est un fondement de la théorie du commerce international, mais elle est maintenant dépassée. En effet, cette théorie ne prend pas en compte les coûts annexes, comme le coût du transport, le chômage, la libéralisation du capital, ou encore les taxes de douanes. A sa décharge, la libéralisation du capital n'était pas développée à l'époque de Ricardo et lui même ne pensait pas que l'argent pouvait traverser les frontières. La mondialisation met donc à mal sa théorie, mais elle reste utile pour comprendre la logique du commerce international."

BAV
JEFF

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff,

Je suis sans doute plus compétente pour enseigner l'économie ou la finance que pour rédiger un blog.

Mais non Ricardo n'est pas du tout dépassé. Il inspire beaucoup d'économistes contemporains (Fabra, Allais, Tirole) mais évidemment pas les politiciens français ou "les économistes atterrés" ou la revue "Alternatives économiques".

Ce qui est surtout intéressant, c'est sa théorie de la formation du capital, des prix et des échanges.

Bien à vous

Carmilla

KOGAN a dit…

Merci à vous

En effet ce Monsieur Maurice ALLAIS est un génie.
Je ne connaissais pas.


http://www.les-crises.fr/le-testament-de-maurice-allais/

Bien à vous.
Jeff

Raymond Laser a dit…

Les noms propres Macron et Fillon me font penser (sic) à quelques mots que J.L. Borges a utilisé pour former une phrase :

j'ai adhéré au parti conservateur, ce qui est une façon d'être sceptique.

Bordel de merde, que ce type était si suavement drôle à tout propos, n'est-ce pas ?

A part ça, j'ai eu autant de plaisir à lire ce billet que j'aurais pu en prendre à feuilleter une rubrique "tranche de vie amoureuse" de Elle magasine. Ah ! Si j'avais pu décrocher avant ma mâchoire, mais mon corps baille hélas plus rapidement que mon cerveau, aussi ai-je ingurgité jusqu'au dernier mot. Glurps.

Qui peut le plus peut le moins, c'est éprouvé, je crache donc mes noires critiques maintenant, et conserve mes éloges -à bon compte eux aussi- par devers moi, pour une de vos prochaines prises de mots.

Je suis à la bourre -il m'en reste quatre ou cinq à parcourir- et j'ai quelques pétales de roses en poche que j'aurais loisir à déposer.

R.L.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Raymond !

"Elle magazine", rien que ça!

Mais c'est ambigu parce qu'on dit que ce canard, aussi normalisateur soit-il, a aussi été un instrument de la libération des femmes.

Et puis, j'ai moi-même des côtés conventionnels. J'aime bien jouer, notamment, des codes de la féminité. C'est à travers ça que s'exercent les jeux de pouvoir entre les sexes. Si on ne veut pas être dominée, il faut maîtriser ces codes.

Bien à vous

Carmilla

Raymond Laser a dit…

Bah bah bah, qu'y-a-t'il d'ambigu ? La norme possède une action libératrice supposée depuis que l'homme existe. Mais elle est invariablement et définitivement lénifiante, pas en tant que telle bien sûr, mais en guise de but à atteindre.

Des homosexuels pensent trouver une forme de libération dans l'obtention du mariage pour tous. Purée, sacrée tuile, moi qui comptais sur eux pour me soutenir dans mon combat pour le mariage pour personne... Ah mais flûte !

R.L.