dimanche 25 décembre 2011

"Nights in white satin"


Une quatrième année écoulée pour Carmilla Le Golem.

Je continue donc d’exister même si ça n’est pas brillant mais ça ne me préoccupe pas plus que ça.

C’est vrai aussi que je suis partie de très loin. Les deux premières années, je devais figurer parmi les blogs les moins lus en France : je tournais royalement dans une fourchette de 0 à 10 lecteurs quotidiens. La vraie honte !


Parmi les rares lettres reçues à cette époque, une lectrice me disait que j’étais insupportablement prétentieuse et ennuyeuse. Quant à mes textes, on n’y comprenait tout simplement rien, on ne savait pas où je voulais en venir. Et puis mon érotisme macabre, c’était d’un puéril... Je devais être quelqu’un de sinistre et dépourvu d’humour.

Comme cette dame me concédait tout de même une esquisse de talent (j’écrivais le français sans trop de fautes), elle me conseillait de parler de choses plus simples et plus gaies : par exemple, les joies de la vie quotidienne ou les beautés de la culture slave (ses arts, sa littérature, son histoire).


Cette personne pleine de bon sens avait sans doute raison sur toute la ligne. Que je sois prétentieuse, c’est vrai. Plus précisément, sous des dehors affables, je suis très orgueilleuse. Malheureusement, on ne se réforme pas comme ça : ma vie décalée, elle me convient tout à fait. Que j’apparaisse sinistre et pas drôle ne signifie pas obligatoirement que je sois dépressive et malheureuse. Quant aux belles choses, ce n’est pas vraiment mon truc, ça ne m’attire pas plus que ça. Alors j’ai continué comme avant.


En 2010, il ya eu un frémissement dans la fréquentation de mon blog : une trentaine de lecteurs quotidiens et surtout plusieurs lettres reçues.

2011, ça a été une petite envolée : je suis brutalement passée à près de 100 lecteurs par jour et je reçois de plus en plus de courriers. A ce niveau, il paraît que ça commence à devenir honorable.


Mais le nombre de visiteurs, bien sûr, ça ne signifie pas grand-chose. On ne sait pas comment et pourquoi ils atterrissent sur votre site et puis ce n’est évidemment pas un indice de qualité.

La popularité, ce n’est de toute manière pas ma préoccupation. Je n’écris pas pour quêter l’assentiment ou pour épancher mes états d’âme et compenser les frustrations de ma vie quotidienne. Je suis en fait très heureuse dans ma vie.


Je n’ai de plus aucune ambition ni littéraire ni artistique. Si j’avais tout de même une prétention, une ironie, ce serait de montrer qu’on peut travailler dans le monde de la finance en n’étant pas complètement inculte.

Sinon, c’est de la distraction pure. Vous avez peut-être noté que je postais, imperturbablement, chaque week-end. C’est mon côté systématique, mon refus de me laisser dominer par les contingences. J’essaie d’écrire très vite (vous allez me dire que ça se voit), d’un seul jet, de la manière la plus synthétique possible (c’est le plus dur).


Je suis quelqu’un d’hyper construit et mon blog est comme moi. L’aspect formel y est important. J’essaie d’abord de produire quelque chose d’assez esthétique. Ensuite, il s’agit du fond et là, il s’agit surtout pour moi de combattre, quitte à forcer le trait, ce dont j’ai horreur : les idées reçues, les habitudes de pensée.


Je voudrais enfin clore cette année en vous remerciant, vous mes lecteurs. Je connais une vingtaine d’entre vous grâce aux mails échangés. Ce qui m’a agréablement surprise, c’est que vous êtes très différents du public auquel je m’attendais. Je croyais qu’un blog de vampire n’attirerait que des farfelus ou des ados allumés de Twilight. Pas du tout : vous êtes tous cultivés, sérieux, pondérés, curieux du monde et de la vie. Beaucoup d’étudiants mais aussi beaucoup de dames d’un certain âge. C’est ce qui me fait le plus plaisir parce que c’est le plus inattendu.


Un choix d’images de graphistes polonais : Radoslaw Szaybo, Andrzej Pagowski, Wieslaw Walkuski, Rafal Olbinski et deux peintres russes, Tatiana Deriy et Valeriy Belenkin.



Enfin, je vous livre deux images de ma table de Noël avec l’un des cadeaux qui m’a été offert. C’est une poupée Lanvin qui m’a enchantée parce que c’est tout à fait moi.

3 commentaires:

anne a dit…

très bonne année à vous ! vous lire m'enchante toujours, votre personnalité singulière fait tout l'intérêt de votre blog, elle est forcément tissée de vos travers et de vos atouts et... de vos atours (ça c'est pour la forme esthétique de votre espace) A 2012, donc !

Anonyme a dit…

Que dites-vous ?... C'est inutile ?... Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

Je cite Rostand, encore ...

Carmilla Le Golem a dit…

Grand merci pour vos sympathiques et pertinents messages.

C'est quand même stimulant de savoir qu'on n'écrit pas complétement dans le vide.

Bonne année à vous aussi.

Amicalement

Carmilla