samedi 28 octobre 2017

Des affinités électives !


On me demande sans cesse, on me harcèle même : "Pourquoi t'es pas mariée ?"

Y'a sûrement un problème !


T'es pas lesbienne au moins ?

Je pense pas vraiment, je réponds !

Etre bisexuel(le), je n'y crois pas, on est l'un ou l'autre mais, sûrement, pas les deux ! Mais c'est vrai que j'aime bien, parfois, les filles belles et intelligentes et je préfère coucher avec elles plutôt qu'avec un poivrot abruti. Et d'ailleurs, entre filles, souvent, on ne fait, la plupart du temps, pas grand chose: on se contente de s'embrasser, se caresser, dormir dans le même lit. Avec ma copine Daria, on ne fait que ça et ça nous suffit et c'est merveilleux !


Une fille distinguée, un soir, ça ne me pose, donc, pas de problèmes (je m'appelle, quand même, Carmilla) mais ça n'est pas, non plus, mon centre d'intérêt exclusif et, surtout, ça ne peut pas durer!

Il y a un amour féminin dont on ne parle jamais mais qui est pourtant très fréquent, presque universel:  un amour entre filles, sûrement incompréhensible mais qui dépasse toutes les orientations sexuelles ! C'est très peu physique, très peu intrusif !

Coucher avec une fille, de temps en temps, c'est, donc pour moi, très doux, très agréable, mais, en fait, je préfère, quand même, un mec qui me pistonne !


Finalement, quand on me demande pourquoi je ne suis pas mariée, je réponds, toujours (comme je ne veux vexer personne), par une pirouette: je dois être bête et moche!

D'ailleurs, je suis Ukrainienne et c'est un handicap majeur, une image désastreuse en France: c'est les FEMENs ou la Porte de Clignancourt !


Mais en fait, ça me fait bien rigoler et je m'en fiche complètement! Je n'ai pas l'esprit victimaire et je sais bien que ce ne sont pas les mecs qui ne veulent pas de moi mais c'est moi qui ne veux pas d'eux !


Pour moi, il y a, en fait, deux gros problèmes:


- La langue, les langues, la culture d'abord! Vivre avec un Français de France, je perçois ça rapidement comme un appauvrissement: la cuisine, la belle-famille, les résidences secondaires... Ça me fait peur! Je suis complètement out!

 Je ne me sens pas complètement Française, je n'ai, pas tout à fait, le même imaginaire: je rêve de Varsovie à Vladivostok! La Baule, le Pot-au-feu, ça ne me dit rien du tout!

En plus, ça m'énerve vite qu'un type ne parle ni le russe, ni le polonais. On ne peut pas, complètement, se comprendre, ni être en phase. En fait, je suis une indécrottable Slave!  On va me dire que je pourrais aussi m'apparier avec un Russe ou un Ukrainien ou un Polonais, mais ce serait un même appauvrissement, dans un autre sens. Et puis, les hommes russes ou ukrainiens... ouh! la, la ! Quant aux Polonais, ils sont plus civilisés mais ils détestent les Russes et inversement.


- L'argent. J'ai un peu honte d'aborder cela mais il faut bien le dire: je suis, généralement, beaucoup plus friquée que mes amants et ça, c'est, très vite, destructeur! 

Tout de suite, je suis confrontée à la rancœur, la jalousie, la perfidie: d'où tu tires ton fric? Ça vient sûrement de sombres trafics et c'est, évidemment, immérité. Je personnifie l'horreur capitaliste ! Surtout que je suis d'origine ukrainienne et, évidemment, supposée prête à tout !

Mais moi, je n'ai pas, non plus, envie de m'adapter au niveau de vie de mon amant: de bouffer dans des restaurants sympas, à trois balles, ou de prendre des vols low-cost !

Qu'une fille soit à l'aise financièrement, c'est inadmissible en France! Si elle l'est, c'est  un coup de chance ou, alors, elle est une pute. Il est, implicitement, admis qu'une nana est, forcément, dépendante économiquement, qu'elle gagne, naturellement, deux fois moins que son mec et qu'elle a du mal, évidemment, à joindre les deux bouts! Son excuse, c'est qu'elle est artiste, intellectuelle !

C'est un schéma qui plaît à tout le monde: une fille riche, c'est un scandale !

Un bouleversement des mentalités est, là-dessus, indispensable: affirmer le droit pour une femme d'avoir un peu d'argent !

Le droit, pour une femme, à un peu de fric, à être, éventuellement, bien plus riche que son amant, ça me semble aussi important que les éructations actuelles concernant les tentatives de pelotage, harcèlement, que, je l'avoue, je ne comprends pas du tout.


Dessins (à l'exception des 2ème, 3 ème et quatrième images) du sculpteur Auguste RODIN (1840-1917). En fait, je ne raffole pas de Rodin et de ses sculptures (c'est trop viril (homosexuel) pour moi), mais ses dessins sont, curieusement, complètement différents.

12 commentaires:

Richard St-Laurent a dit…

Bonsoir Dame Carmilla !

Je ne connaissais pas ces dessins, j'apprécie, c'est en plein dans mes cordes.

Tant qu'au mariage, je dirais que:

Le mariage c'est comme l'enfer, ce n'est pas fait pour tout le monde.

Bon automne à vous

Richard St-Laurent

PS: Ici nous avons un automne succulent.

Carmilla Le Golem a dit…

Bonjour Richard,

C'est vrai que les dessins de Rodin sont peu connus mais ils sont étonnants. Surtout, ils représentent des femmes (alors que les sculptures de Rodin sont plutôt viriles) et sont très sensuels.

Ici l'automne est, jusqu'alors, extraordinairement chaud et sec mais c'est heureusement en train de changer.

Bon dimanche

Carmilla

Ariane Grammaticopoulos a dit…

Il va sans dire que je suis tout à fait de votre avis chère Carmilla.
Je suis célibataire depuis toujours et pour exactement les mêmes raisons.
J'ai renoncé évoquer ma vie privée avec un bon nombre de personnes que je rencontre, tant j'appréhende le moment où on va me demander comment je réussis à survivre sans être mariée ! Comment je gagne ma vie et peux m'en sortir.

Je connais bien les dessins de Rodin, je n'en raffole pas.
( Quant à ses sculptures, je déteste, à choisir je préfère celles de Camille Claudel.
Je trouve qu'il donne de la femme une vision pas très valorisante, car je tiens que Rodin ne les estimait pas trop en fait.
Mais peut-être me trompe-je...

J'aurais bien aimé savoir de qui est le très beau portrait de la deuxième image ?

Sinon, eh bien, dans le Cotentin c'est maussade mais très doux, ce qui ne plait qu'à moitié, je préfère le froid vif.

Merci Carmilla !

Anonyme a dit…

Salut. J'aime beaucoup quand tu écris comme ça. Je suis un putain de crevard précaire poétaire désargenté. Mais ça me plaît, ça me fait bander.
Le "problème" je crois, c'est que tu parles trop du bétail, et pas assez des exceptions.
J'aime le hasard, le clinamen, qui me conduit dans les bras de femmes ou d'hommes très pauvres, ou riches, ou belles-beaux ou laids-laides, mais toujours extrêmement singuliers.

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Ariane,

A vrai dire, je n'apprécie pas beaucoup moi-même les sculptures de Rodin, même si je reconnais que c'était révolutionnaire. Il semble, en effet, que ses attirances étaient plutôt viriles.

J'adore toutefois le musée Rodin et son parc près des Invalides. C'est une belle promenade parisienne.

Je ne retrouve malheureusement pas l'auteur de la deuxième image. Je sais seulement que c'est "Autriche-Hongrie, 19 ème siècle" mais j'espère ne pas me tromper.

Bien à vous

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Anonyme,

J'espère surtout ne pas être arrogante mais il faut aussi savoir énoncer quelques réalités qui peuvent être blessantes.

On se croit démocrates et égalitaristes mais, malgré tout, les relations entre les hommes et les femmes demeurent affectées par les rapports de classe.

Vous avez raison, on peut s'en abstraire le temps d'une rencontre fortuite. Ça peut même être très beau mais je ne pense pas que ça puisse être durable.

Bien à vous,

Carmilla

Carmilla Le Golem a dit…

Ariane,

Si c'est la 2ème image, c'est, évidemment, DEGAS !

Bien à vous

Carmilla

KOGAN a dit…


Il y a deux catastrophes majeures dans la vie d'une femme ou d'un homme, c'est le mariage et le divorce...La troisième et la plus terrible est celle de devenir vieux, malade...et finir seul gaga, parkinson's ou alzheimer.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle...

Bien à vous
Jeff

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Jeff !

Je craignais que vous n'ayiez disparu !

Je vous trouve bien pessimiste !

Mais un mariage, un divorce, on s'en remet plus ou moins.

Tandis que la maladie, c'est l'épreuve la plus terrible et ça, on ne s'en remet jamais, peut-être pas physiquement mais psychologiquement.

Quant aux maladies que vous évoquez (alzheimer, parkinson), rassurez-vous il y a bien pire : la plus grande probabilité, c'est que vous mouriez dans des souffrances physiques et psychologiques affreuses: métastases cancéreuses, déficits respiratoires et neurologiques.

Le mieux, c'est l'AVC ou l'infarctus !

Ne ne croyez pas cynique! C'est la réalité de la vie... et de la mort !

Bien à vous,

Carmilla

KOGAN a dit…

Bonsoir CARMILLA

Le cynisme fait partie de mon quotidien, vivre c'est bien parfois et mourir est la suite logique ici bas.
Plus j'avance en âge et plus je trouve ce monde inintéressant et les gens avec.
La mort,je n'en ai pas peur et je ne tremble pas si je dois repasser un jour sur le billard...deux fois déjà mais... sans danger...j'aime bien la couleur crue des lumières de salles d'op.

Bien à vous.
Jeff

Anonyme a dit…

Bonjour Carmilla,

le mariage n'est qu'un contrat et, comme tout acte normatif, il plie la liberté dans un mouchoir de papier. Etre marié n'a jamais été mon truc. Je pense que c'est une exigence davantage féminine que masculine, par soucis de sécurité, même si vous incarnez l'inverse de ce que je viens d'écrire. Je dois bien reconnaître qu'à chaque fois que le mot mariage a été prononcé devant moi, la part la plus intime de ce que suis a immédiatement adopté une posture de repli puis de fuite. Je chéris la solitude partagée.
Pour moi, le grand défi d'un homme n'est pas dans le type de relation amoureuse mais dans la parentalité, et on a vite fait de se faire absorber par des contraintes domestiques qui peuvent rendre malade, puis atone, agonisant. Etre un père libre avec des enfants poussés à l'être... quel combat titanesque!
Je vous rassure, tous les Français n'aime pas le pot-au-feu et la poule au riz! Rires!! Il en est même qui sont résolus à ne pas dominer financièrement, à ne pas dominer du tout, d'ailleurs.
Bien à vous.
Alban

Carmilla Le Golem a dit…

Merci Alban pour votre commentaire plein d'humour auquel je n'ai pas grand chose à ajouter.

Vous avez en outre raison: le plus dur c'est sans doute d'avoir des enfants. Le poids du quotidien devient alors énorme !

Sinon, je n'ai rien contre le pot-au-feu mais je serais bien embarrassée pour en faire un.

Bien à vous,

Carmilla